Colloques

Colloque sur l’eau: L’eau, enjeu de pouvoirs, objet de tensions – 31 octobre 2016

Liste des conférenciers:

  1. Éric Mottet, Université du Québec à Montréal, directeuradjoint du CQEG
    « La politique hydroélectrique du Laos marque-t-elle la fin de la Commission du Mékong et des ambitions de coopération régionale?« 
  2. Olga Alexeeva, Université du Québec à Montréal, chercheur associé au CQEG
    « La diplomatie du Mékong de la République populaire de Chine: le mythe de l’énergie hydroélecftrique durable?« 
  3. Frédéric Lasserre et Yenny Vega Cardenas, Université de Montréal
    « Les conséquences de l’entrée en vigueur de la Convention de New York de 1997« 
  4. Yenne Vega Cardenas, Université de Montréal
    « L’arbitrage international dans le domaine de l’eau« 
  5. Frédéric Julien, Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), Gouvernement du Québec
    « Le refus du Canada d’exporter de l’eau en vrac vers les États-Unis: une analyse discursive »
  6. Luzma Nava Jimenez, Chercheur postdoctorale, International Institute for Applied System Analysis (IIASA), chercheur associé au CQEG
    « Que souhaitent les parties prenantes? Élaboration des politiques pour la région transfrontalière du Paso del Norte?« 
  7. Alexandre Brun, Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR 5281 CNRS ART-dev, chercheur associé au CQEG
    « Le littoral de la Côte du golfe du Lion face au risque de submersion marine: enjeux géopolitiques locaux et régionaux de l’adaptation des territoires à risque(s)« 
  8. Thierry Rieu et Sophie Ricard, Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement (AgroParisTech)
    « Gouvernance multi-niveaux et partage d’une ressource en eau rare et historiquement disputée: la rivière Durance en Provence (France)« 
  9. Sylvie Paquerot, Université d’Ottawa
    « Conflits de rationalités: eaux, climat et santé »
  10. Inès Singhe, Université Laval, chercheur associé au CQEG
    « L’état de la collaboration au sein de la Commission de Bassin du Lac Tchad (CBLT)« 
  11. François Xavier Saluden, chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
    « Le barrage de Mossoul: le droit international appliqué au fragile équilibre entre stabilité post-conflit et destruction indiscriminée« 

Télécharger l’ensemble des présentations

Ce colloque a été organisé en partenariat avec le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), qui a organisé un colloque dans la foulée du colloque du CQEG :

4e Rendez-vous international sur la gestion intégrée de l’eau, Québec, 1er-3 novembre 2016.


Québec-Canada-Russie Facteurs de rapprochement et perspectives de coopération – 31 mai 2016

Le Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG) a  coorganisé avec  le Département de géographie de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, le Centre Moscou-Québec et l’Association internationale d’études québécoises cette journée d’étude à l’occasion du lancement de l’ouvrage :

Québec • Canada • Russie : 100 miroirs
sous la direction d’Henri Dorion, Presses de l’Université Laval, 2015

Par-delà leurs importantes différences, le Québec, qui s’inscrit dans l’ensemble canadien, et la Russie partagent plusieurs similarités. Celles-ci s’expriment d’abord sur le plan géographique, notamment par la présence de montagnes moyennes et de hautes cordillères, la domination des prairies (de la steppe, en Russie), l’emprise du climat continental, le caractère imposant du réseau hydrographique, etc.

Mais ces similarités ne se limitent pas aux aspects liés à la géographie physique des territoires. Elles s’expriment également sur les plans historique, économique, sociopolitique et culturel. Que l’on songe simplement à la structure économique du Québec, du Canada et de la Russie, qui est très largement orientée sur le secteur tertiaire, et à leur régime politique de type fédéraliste. À un niveau proprement culturel, la nordicité et les grands espaces ont inspiré et inspirent toujours des volets entiers de la création littéraire et artistique. Si le Québec et la Russie ont beaucoup plus en commun qu’on ne le croirait a priori, c’est également que les échanges entre eux sont multiples et, surtout, qu’ils transcendent les différends politiques passagers.

La journée d’étude entend explorer divers aspects des relations qui unissent le Québec, le Canada et la Russie dans la mesure où celles-ci constituent un puissant vecteur de compréhension mutuelle, d’échanges et de partages. L’événement explorera, tout particulièrement, les facteurs de rapprochement et les perspectives de coopération entre ces deux régions du monde à travers quatre axes principaux :

1. Québec, Canada, Russie : partenariat et comparabilité
2. La coopération Québec-Russie
3. La valeur ajoutée des échanges culturels
4. Le Nord comme domaine de coopération


Le Colloque inaugural du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG) – 

Comprendre la géopolitique: De la mode médiatique à une méthode d’analyse scientifique – 24 septembre 2015


Le Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG) 
a eu le plaisir de recevoir lors de son colloque inaugural plusieurs chercheurs d’origines et d’intérêts divers qui ont pu échanger sur la géopolitique. Le thème du colloque était « Comprendre la géopolitique: De la mode médiatique à une méthode d’analyse scientifique »



Conflits et coopération en mers de Chine – 17 mars 2015

Hautes Études Internationales (HEI), Université Laval, Québec

Le Conseil Québécois d’études géopolitiques (CQEG) est partenaire avec le CEPCI, le GÉRAC et le CSI.

Les mers de Chine orientale et méridionale sont au cœur de voies navigables parmi les plus stratégiques au monde. Outre les richesses pétrolières, gazières et halieutiques qu’elles contiennent, ces régions maritimes se situent à l’intersection des intérêts politiques et stratégiques des trois principales puissances économiques de la planète. Fondées sur des bases juridiques et historiques différentes, appuyées par un jeu d’alliances militaires et politiques en pleine mouvance, ainsi que sur une lecture différente des intérêts économiques en présence, les revendications territoriales maritimes des divers pays de la région remettent en question le statu quo et ont le potentiel de créer une situation de crise susceptible de menacer la paix régionale et même celle du monde.

Quelle lecture peut-on faire des différends actuels en matière de droit international? Une approche de prévention des conflits, fondée sur des bases juridiques, peut-elle encore peser sur la dynamique en cours? Le régime politique de gestion du conflit, développé par les pays de l’ANASE dans les années 1990, a-t-il épuisé son utilité? L’une ou l’autre de ces zones maritimes sera-t-elle le site d’un conflit militaire entre la Chine et les USA, directement ou par pays interposés, ou entre l’un et l’autre des pays impliqués dans des revendications territoriales maritimes conflictuelles? Quels sont les facteurs susceptibles de promouvoir un règlement pacifique des différends? Quelles sont les options politiques et militaires pour les pays concernés?


Colloque – Géopolitique du secteur minier : le Nord du Québec sur l’échiquier mondial – 13 mars 2015 foragelogocouleurh

CQEG partenaire avec l’INQ.

Ce colloque visait à sensibiliser et informer les acteurs québécois du secteur (industriels, investisseurs, instances gouvernementales) et le milieu académique sur les enjeux globaux du secteur minier. Peu d’échanges ont eu lieu au Québec spécifiquement sur la dimension géopolitique globale du secteur extractif.

Le colloque a été conçu comme une initiation aux problématiques actuelles dans le contexte mondial, aux courants géopolitiques du secteur, aux forces et acteurs internationaux en présence. Le participant aura une meilleure compréhension du Plan Nord du Québec dans la dynamique internationale